Vous êtes ici :

La Stratégie Régionale pour la Connaissance du Territoire

Favoriser l’émergence d’une intelligence territoriale.

Pour définir et articuler des stratégies d’aménagement aux différentes échelles territoriales qui les composent, les Régions doivent mobiliser connaissance et expertise. Les évolutions issues des réformes territoriales ainsi que la loi pour une République numérique, invitent les Régions à innover en matière d’ingénierie territoriale. Dans cette perspective, la connaissance produite sur et par un territoire est un enjeu fort en termes de capacité de décision et d’action publique.

La mise en commun des savoirs et savoir-faire permet de favoriser l’émergence d’une intelligence territoriale. Il s’agit de mutualiser les ressources en matière d’information, d’expertise et de prospective permettant d’analyser et de comprendre les territoires et leurs contextes, afin de construire une action collective.

Les Régions sont identifiées par le code général des collectivités publique, comme compétente pour organiser la production d’études intéressant le développement économique, social et culturel régional. Elles doivent également pour coordonner et organiser l’acquisition et la mise à jour de données nécessaires à la description, à l’observation et à l’évaluation de ses politiques territoriales.  Enfin elles doivent s’assurer de rendre ces données accessibles et favoriser leur réutilisation. C’est pourquoi, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur a adopté le 20 octobre 2017 une Stratégie Régionale pour la Connaissance du territoire.

Faire de l’ingénierie de la connaissance territoriale un catalyseur de dynamiques et de projets locaux, dans une ambition régionale d’aménagement et d’égalité des territoires.

  • Impulser une intelligence territoriale pour une meilleure prise en compte des priorités régionales, articulées avec celles de l’État, des Départements et des EPCI,
  •  Augmenter les capacités des territoires grâce à une mutualisation des ressources de l’ingénierie de la connaissance,
  •  Partager l’ingénierie territoriale de la connaissance au service d’une efficacité accrue, du stratégique à l’opérationnel, de l’échelle régionale à l’échelle locale.

 

Ces objectifs se déclinent en  cinq principes d’actions  :

  • L’accessibilité : la connaissance territoriale n’a de sens que si elle est accessible et partagée. Face à la fragmentation des informations et des données, la Région promeut l’ouverture des données, la diffusion et la mise en visibilité des informations ;
  • Le partenariat : la Région privilégie le partenariat avec les différents acteurs régionaux de la connaissance territoriale, dans le respect des compétences de chacun. Elle contribue ainsi à la construction d’une communauté régionale d’expertise sur les études et les données ;
  • La mutualisation : la Région soutient la mutualisation, tant dans le développement et l’usage des outils que dans la production ou l’acquisition des données. Elle contribue ainsi, grâce aux économies d’échelle et dans un contexte de contrainte financière, à une action régionale plus efficiente ;
  • La transversalité : le cadre d’action partenarial et mutualisé contribue à faire vivre un principe de transversalité désectorisant l’action publique régionale, les dispositifs partenariaux et mutualisés permettant l’accès à une commande d’études transversale aux différentes directions et services opérationnels de la Région ;
  • L’opérationnalité : le souci d’opérationnalité enfin, guide l’ensemble des actions menées, il ne s’agit pas de produire une connaissance savante mais appliquée aux politiques territoriales, le recours au diagnostic s’étant désormais banalisé comme instrument d’action publique partenarial.

 

Produire la connaissance territoriale avec des partenaires de niveau régional.

Il s’agit de produire une expertise pour l’aménagement du territoire et le développement régional à destination des techniciens territoriaux, en lien avec les grands schémas stratégiques de l’institution (SRADDET, SRDE2I). Pour ce faire, la Région développe des coopérations organisées autour de conventions et des collaborations structurées autour d’organismes dédiés.

Les partenariats de la connaissance, basés sur des programmes d’études régionaux (par exemple les partenariats entre la Région et l’INSEE et les Agences d’urbanisme), produisant des analyses dont une partie importante comporte des dimensions territoriales intéressant l’aménagement du territoire, que ce soit pour la Région (par exemple pour l’élaboration de ses schémas) ou les collectivités territoriales. Elles structurent des réflexions prospectives exploratoires à l’échelle régionale, lancées dans le cadre de marchés publics, favorisant la prise en compte des enjeux de long terme et de l’évolution de la société et des modes de vies de vie dans les politiques publiques et les projets portés par l’institution régionale. Enfin, la Région met en œuvre des conventions d’obligation de service public avec l’IGN (Institut National de l’Information Géographique et Forestière) pour constituer un socle de bases de données géographiques à grande échelle.

Par ailleurs, la Région organise des collaborations avec des centres de ressources régionaux.

  • Des observatoires régionaux dans divers champs thématiques : mobilités/transports, climat, biodiversité, foncier, santé… Souvent partenariaux, ils ont vocation à produire de la connaissance et des analyses (indicateurs, tendances et leur évolution) à disposition des acteurs de Provence-Alpes Côte d’Azur, dont les collectivités territoriales (par exemple pour l’élaboration des Scot, Plans de Déplacement Urbains, etc.) ;
  • Des centres de ressource régionaux en géomatiques, comme par exemple le CRIGE

Fournir un appui technique aux territoires basé sur le partage de l’ingénierie

Cette mission s’appuie sur des plateformes mutualisées de services numériques (voir encadré sur le Portail de la Connaissance) qui ont pour fonction de mettre en commun et rendre disponibles des ressources de type base de données, documents, liens internet…

Cet appui technique repose également sur l’animation de communautés professionnelles (Pôles Métiers) organisés autour de l’échange de données, de leurs usages et plus largement des pratiques d’observation en région. Il permet enfin de mettre à disposition des outils d’observation sophistiqués au service de l’action publique (voir encadré sur le projet Urbansimul)

 

Diffuser les résultats auprès des citoyens.

L’objectif poursuivi est rendre disponible des études et des données pour éclairer les débats publics par la promotion de l’ouverture des données, la diffusion et la mise en visibilité des informations sous des formats communicants.

Il s’agit ici de privilégier une politique de valorisation de la connaissance du territoire par le déploiement d’une ligne éditoriale et l’animation de rencontres autour de l’intelligence territoriale privilégiant l’interdisciplinarité programmées en collaboration avec l’Etat et le CESER.

Au total, la Stratégie régionale pour la connaissance des territoires vise la mise en synergie de ces différentes fonctions afin de concrétiser un véritable service public régional de la connaissance territoriale.