Vous êtes ici :

3 Questions à David Géhant

Conseiller régional : Président de la Commission "Aménagement du territoire et Infrastructures numériques"

Contractualisation Etat-Région

SRADDET la démarche

Publié le 16 / 02 / 21

Le Contrat d’avenir a été approuvé par l’Assemblée Régionale le 17 décembre 2020 et signé par le Premier Ministre, le Président Muselier et le Préfet de Région le 5 janvier. De quoi s’agit-il ?

Le Contrat d’avenir est un engagement conjoint pris par la Région et l’Etat pour répondre aux enjeux de l’évolution en profondeur de notre modèle de développement économique, social, territorial et environnemental pour les 7 prochaines années. Il s’agit aussi de faire face aux défis immédiats de la relance sur la période charnière 2021-2023. Le Contrat d’Avenir s’inscrit donc dans la suite du CPER 2015-2020 arrivé à terme, il démultiplie le plan de relance de l’Union européenne, et le volet déconcentré du plan de relance pour notre territoire. Au total, ce sont 5,1 milliards d’Euros qui seront engagés sur des projets concrets pour notre région. Les collectivités départementales, métropolitaines et intercommunales sont invitées à participer à la démarche dans le cadre de conventions territoriales d’application

 

Comment le Contrat d’avenir intègre-t-il les lignes directrices et les objectifs du SRADDET ?

Chacune des douze priorités du Contrat d’avenir intègre naturellement les lignes directrices du SRADDET et ses objectifs, voire les prolongent. En termes de méthodologie, nous avons ainsi, pour définir des stratégies conjointes, travaillé avec l’Etat, en partant explicitement de « ce que dit le SRADDET ». Par exemple, la priorité 1 du Contrat d’avenir - Adaptation du territoire à la transition climatique, énergétique et environnementale – reprend les lignes directrices 1 et 2 (« renforcer et pérenniser l’attractivité du territoire régional » et « maîtriser la consommation de l’espace, renforcer les centralités et leur mise en réseau »). Il en va de même pour les autres priorités. Le contrat d’avenir porte également sur l’économie et enseignement supérieur et la recherche. En outre il comprend un chapitre dédié aux territoires des Alpes maritimes touchés par la tempête Alex.

 

En matière d’équilibre et de solidarité des territoires, le SRADDET constitue le socle des mesures inscrites au Contrat d’avenir. Pouvez-vous nous donner quelques illustrations des futurs appels à projet conjoints Etat et Région qui déclineront cette priorité du Contrat d’avenir ?

Dans ce domaine, il s’agit de passer de la réalisation de projets isolés, souvent peu maîtrisé à un aménagement de projet intégré, de revitalisation du territoire. Pour cela, le Contrat d’avenir s’appuie sur le SRADDET et notamment sur les trois niveaux de centralités urbaines qu’il définit. En tout 5 mesures sont envisagées pour cette priorité, pour une enveloppe de 447.60M€. Des appels à projets conjoints Etat-Région seront proposés dans ce cadre ? Ils pourront se traduire par des contrats de relance et de transition écologique, les CRTE. Par exemple sur la thématique du soutien aux espaces urbains en reconversion, nous lancerons un appel visant à soutenir des projets de revitalisation autour de l’aménagement des espaces publics et équipements, de l’accès aux services, du le développement économique etc. Un autre des appels à projets prévus portera sur la revitalisation des territoires ruraux et de montagne, pour renforcer notre modèle de développement déjà exemplaire.

 

À télécharger

David Géhant (Conseiller régional : Président de la Commission "Aménagement du territoire et Infrastructures numériques")

Télécharger le document (png - 36 Ko)

Métadonnées

Type : Ressources