Vous êtes ici :

Gaz à effet de serre – Les émissions reculent, la part de l’industrie reste élevée

Insee Analyse N°102

Qualité de l’air, pollutions et nuisances

Partenariat Région-INSEE

Publié le 17 / 03 / 22

Le pouvoir de réchauffement global (PRG), indicateur majeur des politiques environnementales, est plus élevé en Provence-Alpes-Côte d’Azur qu’en France métropolitaine. Cela s’explique par une forte concentration d’émissions industrielles dans les Bouches-du-Rhône, tandis que les émissions résidentielles et agricoles sont inférieures à la moyenne nationale. C’est pourtant dans les communes très peu denses, où sont implantées les exploitations agricoles, que le PRG par habitant est le plus élevé.

Entre 2007 et 2019, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué en moyenne de 1,6 % par an, comme en France, en raison notamment d’une meilleure efficacité énergétique. Quasiment tous les secteurs participent à cette baisse, qui atteint 5,2 % dans le secteur de l’énergie. Cette trajectoire demeure toutefois insuffisante pour atteindre les objectifs fixés en 2015 par les accords de Paris.

Mots clés

Réchauffement climatique; pollution air; pollution industrielle; Pollution agricole

Métadonnées

Type : Etudes

Auteur : Kendal Masson, Pascale Rouaud (Insee)

Propriétaires : Insee, Région SUD; DREAL Provence-Alpes-Côte d'Azur

Toutes nos études

Sur le même thème

Environnement, Partenariat Région-INSEE

Publié en 2022

Tableau de bord du développement durable en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Le tableau de bord du développement durable a pour...

Lire la suite